16 avril 2012

La mer qu’on voit danser……..

Mer de nuages d’une blancheur mieux que “persil ou omo”radiants de lumière., prisonniers pourtant d’un océan

de glace aux dimensions du cosmos.du moins tel que nous étions capables de l’appréhender avec nos petits yeux.Cinq heures de ce spectacle à la fin fastidieux et huit heures d’enfermement dans un véhicule spatial malgré tout spacieux car il s’agissait d’un airbus à deux rangées de sièges seulement.Comble de la chance, j’eu droit à un siège sans vis-à-vis et près d’une sortie de secours que je n’aurais pour rien au monde voulu emprunter.

57 ans Près de moi, un sénégalo-malien (et peut-être français) de 57 ans qui vient faire un tour au pays. Entre papys la communication passe. Malgré ses 20 ans de présence en France il n’a rien oublié du pays qu’il raconte à son jeune camarade ,un peuhl de Podor, mais qui est peu-être bien né en France car il semble ne pas comprendre le wolof.Nous devisons donc en notre bonne langue qu’ils maitrisent tous deux très bien

Nous exhalons un soupir de soulagement quand nous voyons se dessiner sur les sable les contours de la corniche de Dakar et pointer les deux mamelles des Almadies dont une est désormais  affublée ou ornée suivant les gouts ,ou les préférences politiques de la fameuse statue de la renaissance africaine.

Nous avons rallier Nantes Dakar en moins de cinq heures et nous arrivons avec dix minutes d’avance sur l’horaire prévu. Et je vous explique maintenant pourquoi huit heures dans l’avion. Un passager à Nantes avait perdu ses bagages……….

A l’accueil,pas d’Eugénie! Mais elle a délégué son grand fils Clément que j'aperçois derrière les barrières de métal chargées de contenir le flot des amis qui attendent un voyageur, rayonnant.Maman participe à une fête de la chorale paroissiale dont elle est une des animatrices.Je la verrai le soir fatiguée d’avoir chanté et dansée mais heureuse des retrouvailles. Elle me donne la nouvelle chambre spacieux avec cabinet de toilette qu’elle s’est fait construire derrière sa maison surmontée d’une terrasse qui encercle l’arrière du bâtiment et ouvre sur les chambres d'e l’étage. Pas d’escalier à monter. C’est le rêve.Dès 20 heures 22heures pour vous je m'y réfugie et entame une nuit qui ne s’achèvera qu’à  8h45 le lendemain matin.Avant de partir au travail elle viendra toquer à ma porte pour me dire bonjour.

Ambiance festive avec tous les jeunes, Clément, Nina, Laure-Marie, Cécile autour de la boite de chocolat. J’espère qu’ils en ont laissé pour Eug qui s’était déjà couchée. Jules-Armand, le bébé de Nina fut le seul à ne pas me faire la fête. Cette énorme masse blanche ne lui plaisait pas. Il s’est apprivoisé progressivement jusqu’à me caresser les mains, me sourire,mais pas jusqu’au baiser: la barde, sans doute!

Il est bientôt midi. La maison est calme. Je n’entends que le bruit des casseroles que remue Néné Bâ une jolie peuhle de 19 ans qui fait la vaisselle et le ménage à la cuisine Le bébé dort. il a un an et demi. Mais auparavant il est venu faire un peu de foot dans ma chambre. tout va donc bien entre nous;

Cet après midi courses! banque, connexion G3 ou 3G, car la connexion d’Eug est particulièrement instable. Dès que je la sollicite elle s’enfuit. Lui demanderais-je trop d’effort. Moi, je viens de faire un bel effort pour vous donner de mes nouvelles grâce à Windows Live Writter. Vincent n’oublie pas.C’est pratique! Bisous à tous

Posté par pmjfl à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La mer qu’on voit danser……..

Nouveau commentaire